Vous êtes ici :

AccueilActions menées › Actions "Pollutions diffuses"


Actions "Pollutions diffuses"

De nombreuses substances plus ou moins nocives pour notre santé comme pour l'environnement se retrouvent dans l'eau. Le SAGE Èvre-Thau-St Denis a notamment identifié un enjeu fort de reconquête de la qualité des eaux des bassins versants du territoire vis-à-vis des paramètres pesticides, phosphore et nitrates.

Dans ce contexte, le SMiB a défini un programme d'actions de lutte contre les pollutions diffuses visant à reconquérir la qualité des eaux du territoire.Ce programme d'actions est cofinancé par la Région Pays de la Loire, l'agence de l'eau Loire-Bretagne et le Département de Maine et Loire.

Aussi, le SMiB intervient auprès des agriculteurs, des collectivités, des entreprises du paysage et des particuliers pour réduire significativement les risques de pollution.

Présentation générale

Qu'est-ce qu'une pollution diffuse ?

On entend par pollutions diffuses une contamination des eaux superficielles ou souterraines par des substances indésirables susceptibles de persister dans le milieu. Ces pollutions s'inscrivent dans le temps et dans l'espace et peuvent recouvrir une zone plus ou moins large. Il n'est pas possible d'en identifier géographiquement la source. Les pratiques agricoles peuvent être à l'origine de pollutions diffuses par entrainement de produits polluants dans les eaux de ruissellement.

Ainsi, le SMiB a élaboré, avec plusieurs structures agricoles du territoire, un programme d'actions visant à lutter contre les pollutions diffuses d'origine agricole.

Ces structures sont à la fois des organismes comptables (CER France), des organismes de conseil (Chambre d'agriculture des Pays de la Loire, CIVAM AD49, GABB Anjou), des associations (Agriculture de conservation des Mauges, Mission Bocage, EDEN) ou bien des coopératives agricoles (Union des CUMA des Pays de Loire, Terrena).L'intervention de ces structures dans le cadre du programme d'actions est régit par une charte.

Les acteurs agricoles territoriaux ont identifiés 5 leviers d'actions permettant à termes d'atteindre le bon état des eaux superficielles :

  • L'évolution du système d'exploitation,
  • La lutte contre les transferts de substances résiduelles vers les cours d'eau,
  • La réduction de l'usage des pesticides,
  • La couverture des sols,
  • L'efficacité de la gestion des matières organiques.

Ainsi, le SMiB entend limiter les transferts de polluants vers les eaux superficielles en :

  • Accompagnant les entreprises agricoles dans la diminution des intrants,
  • Captant les dérives des molécules résiduelles par l'incitation à la plantation de haies et à la restauration des éléments du paysage.

Dès l'automne 2018, les agriculteurs des vallées de la Thau, du Pont Laurent, de la Trézenne et de l'Abriard pourront ainsi bénéficier d'un accompagnement personnalisé. Des journées de formation et de sensibilisation seront également déployées sur l'intégralité du territoire du SMiB.

Pour travailler sur ces thématiques, le SMiB propose aux agriculteurs plusieurs animations individuelles ou collectives. Ces temps forts pourront prendre les formes suivantes :

  • Diagnostic,
  • Formation,
  • Conseil et suivi,
  • Groupe d'échange,
  • Travaux (plantation haies bocagères, restauration de mares et zones tampons, etc.),
  • Démonstration.
Pour en savoir plus sur les actions proposées par le SMiB, téléchargez le catalogue d'actions ici.

Quels objectifs ?

Le SMiB ambitionne de réaliser 80 diagnostics agro-environnementaux d'exploitation les 3 prochaines années sur les bassins versants de la Thau, du Pont Laurent, de la Trézenne et de l'Abriard. Ces diagnostics permettront ainsi à 80 agriculteurs de disposer d'un accompagnement personnalisé dans l'évolution de leurs pratiques. Pour en savoir plus, téléchargez la documentation suivante : Vous souhaitez changer vos pratiques ? On vous accompagne !

Ces actions devront permettre d'engager une baisse des concentrations en pesticides, nitrates et phosphore dans les eaux du territoire.

Phase d'élaboration du programme

Ce programme d'actions a été élaboré courant 2017 et validé par le comité de pilotage le 24 novembre 2017. L'élaboration du programme s'est déroulée de la sorte :

  • Novembre 2016 à Mars 2017 : description physique du territoire et analyse de la vulnérabilité du territoire aux pollutions,
  • Février à Juin 2017 : diagnostics des pratiques et systèmes agricoles,
  • Juin à novembre 2017 : programmation et chiffrage des actions.

Intégration des structures agricoles à la démarche : rassembler les acteurs agricoles autour de la table pour aboutir à un programme d'actions concerté, partagé et accepté.

Au cours du diagnostic :

  • Identification des acteurs à mobiliser,
  • Sollicitation dans le cadre du diagnostic (en tant qu'experts),
  • Invitation à prendre part à l'élaboration du programme d'actions.

Lors de l'élaboration du programme d'actions :

  • Ateliers de travail,
  • Définition des axes de travail.

Recherche par mots-clés

Inscription à la lettre web

S'inscrire à la lettre web

Accès Espace Pro

Authentification

Menus

Copyright Adlec Conseil, création du site web et marqueur statistiques

© adlec.com