Remplissage des plans d’eau d’irrigation : possible depuis le 23/12/2022 sur les bassins versants suivants :

Pour rappel, vendredi 9 décembre, Monsieur le Préfet de Maine et Loire a émis le 22ème arrêté sécheresse de 2022. Cet arrêté maintenait les interdictions de remplissage de plans d’eau quelle que soit la ressource utilisée et quel qu’en soit l’usage. Cependant, il ouvrait la possibilité de faire des prélèvements directement en cours d’eau pour le remplissage des plans d’eau d’irrigation dans certaines rivières du département, notamment l’Èvre pour ce qui concerne notre territoire. Pour l’Èvre donc, l’arrêté renvoie cette autorisation de remplissage aux dispositions particulières dictées par le Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux.

Dans son article 3, le règlement du SAGE Èvre-Thau-St Denis prévoit justement des conditions pour le déclenchement du remplissage hivernal des plans d’eau d’irrigation :

  • Les prélèvements ne sont possibles que dans la période du 1er novembre au 31 mars, et peuvent exceptionnellement être prolongés jusqu’au 30 avril en cas d’hiver sec et de printemps humide,
  • Lors des prélèvements en cours d’eau, un débit minimal (débit plancher) doit être maintenu dans le cours d’eau à l’exutoire de celui-ci,

Le déclenchement des prélèvements ne peut avoir lieu que lorsque que les débits de l’Evre franchissent le seuil de 5,4 m³/s à la station de mesure de Pont Dalaine à la Chapelle St Florent (Mauges sur Loire), ce qui est actuellement le cas depuis le 23/12/2022.

Les récentes précipitations permettent donc de remplir à nouveau les plans d’eau à vocation d’irrigation sur le bassin versant de L’Èvre.

Concernant le bassin de la Thau, pour lequel il a été mis en place une gestion collective des prélèvements en eau, il existe également des dispositions particulières pour autoriser le remplissage des plans d’eau d’irrigation sur la période hivernale. Pour se faire, les débits de référence sur l’Èvre et le Beuvron doivent avoir franchi respectivement 3,4 m³/s et 0,306 m³/s (valeurs dites du « module » de la rivière) et la station placée sur le Moulin Benoist, affluent de la Thau, doit également présenter des débits suffisants. Du fait des récentes précipitations, les écoulements sur le Moulin Benoist ont ainsi repris.

Les conditions hydrologiques sont donc réunies pour autoriser le démarrage du remplissage des plans d’eau d’irrigation sur le bassin versant de la Thau.