La continuité écologique

Le cours d’eau est un milieu vivant, il permet le développement de nombreuses espèces, mais aussi, dynamique car il transporte de l’eau et des sédiments.

Pour permettre le bon développement des espèces, le cours d’eau doit présenter suffisamment d’habitats pour s’y abriter (racines, cailloux, végétation, etc.) mais également leur permettre de circuler librement tout au long du cours d’eau pour effectuer leurs cycles de vie (nourrissage, reproduction, etc.). La continuité écologique fait référence à la possibilité pour les poissons mais aussi les sédiments de pouvoir circuler sans entrave. Le blocage du transit sédimentaire peut accentuer les mécanismes d’érosion et de sédimentation du cours d’eau et perturber son équilibre naturel.

Les obstacles à l’écoulement ont de nombreux impacts sur la continuité écologique. Elle peut être perturbée dans sa dimension amont-aval par des ouvrages transversaux (barrages, seuils, ponts, etc.) ou dans sa dimension latérale par des ouvrages longitudinaux (digues, berges aménagées, etc.). Ces obstacles peuvent empêcher les poissons de remonter ou de descendre le cours d’eau mais peuvent aussi bloquer le transit sédimentaire et accentuer les mécanismes d’érosion et de sédimentation et perturber l’équilibre naturel du cours d’eau.

La continuité écologique est fixée par un décret de la Directive Cadre dur l’Eau de 2000. Cette directive indique une volonté de reconnexion amont-aval et transversale des cours d’eau. La restauration de la continuité écologique peut prendre diverses formes comme l’arasement ou la suppression de seuil de moulins, la reconnexion d’annexes hydrauliques, le reméandrage, etc.

Restaurer la continuité écologique

L’objectif de ces mesures est de retrouver une dynamique naturelle des cours d’eau.

Le Grenelle de l’environnement a défini la notion de trame verte et trame bleue. Pour cette dernière, l’article L.214-17 du Code de l’environnement prévoit 2 niveaux d’obligation :

  • Liste 1 : plus d’autorisation pour la construction de nouveaux ouvrages constituant un obstacle et mise en conformité des ouvrages existants au moment du renouvellement des concessions ou des autorisations existantes.
  • Liste 2 : la continuité écologique doit être assurée en juillet 2017. C’est-à-dire que tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon les règles définies par l’autorité administrative pour assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.